Inscrivez-vous à la newsletter
X

Edito 35 du 10 avril 2018

Publié le 10-04-2018

« Le défi de l’Afrique (…) est civilisationnel aujourd’hui. Quels sont les problèmes en Afrique ? Les États faillis, les transitions démocratiques complexes, la transition démographique qui est (…) l’un des défis essentiels de l’Afrique.”

Emmanuel Macron

Conférence de presse au sommet du G20 / Hambourg – 08/07/17

Repenser la question sahélienne par la recherche, s’interroger sur les enjeux et défis posés par cette région sur les plans interdépendants de la sécurité, de la gouvernance, du développement, discerner les trajectoires d’évolution raisonnablement envisageables, telles sont les pistes de réflexion qui seront suivies lors des premiers “Rendez-vous de la réflexion stratégique“ que le CSFRS organise demain 11 avril 2018 sur le site de l’Ecole militaire.

Au delà de la question sécuritaire et du terrorisme, préoccupations du devant de la scène, la démographie s’inscrit au cœur, sinon au fondement des défis auxquels la région sahélienne et sa périphérie, proche comme lointaine, devront faire face. Alors que la population du continent africain devrait doubler d’ici 2050 pour compter 2,5 milliards d’habitants, dont les deux tiers auront moins de 30 ans, celle vieillissante de l’Europe devrait stagner autour de 500 millions. L’Afrique de l’Ouest devrait alors représenter plus du tiers de la population du continent africain (de 400 millions aujourd’hui à 850 millions en 2050). La pression migratoire, interne, régionale et internationale devrait donc se poursuivre et s’accroître, dans des proportions historiquement inédites. Cette variable “démographie” pèse déjà fortement sur le présent sahélien et aura un impact majeur sur l’ensemble des trajectoires d’évolution envisageables pour la région et pour sa périphérie.

A la veille de ces “Rendez-vous de la réflexion stratégique”, nous vous proposons divers angles d’approches, directs ou indirects, complémentaires aux articles et études de Geostrategia associés à cet événement. Ces approches complémentaires, en cercles concentriques, pourront être abordées aussi bien en amont qu’en aval de la rencontre, pour préparer, nourrir et faire vivre la réflexion et le débat. Les trois articles qui suivent vous sont donc proposés dans cette finalité : “Au Sahel, l’ennemi, c’est la piraterie de désert profitant de la disparition de l’Etat”, “The southern front line : « EU counter-terrorisme cooperation with Tunisia and Marocco”, “Le processus de radicalisation “jihadiste”: une triple dimension émotionnelle, relationnelle et idéologique”.

Pour élargir et enrichir ces Cahiers de printemps, nous vous proposons également de revenir sur le Soft Power américain, sur les tensions maritimes en Asie, et de découvrir les missions confiées à l’Institut de l’Engagement avec les trois articles : “Les nouvelles fragilités du soft power américain”, “Perspectives on maritime disputes in East Asia” , “L’Institut de l’Engagement ; entretien avec Martin Hirsch”.

***

L’article « Au Sahel, l’ennemi, c’est la piraterie de désert profitant de la disparition de l’Etat” est issu du cabinet d’analyse stratégique La Vigie. Jean Dufourcq et Olivier Kempf, chercheurs et co-directeurs de La Vigie, nous proposent une contribution à la réflexion sur les racines de la crise sahélienne. Au delà des explications trop commodément admises, leur analyse s’attache à explorer les forces et ruptures profondes qui modèlent le paysage geostratégique régional pour nous livrer ensuite leur diagnostic.

**

L’article «The southern front line : EU counter-terrorisme cooperation with Tunisia and Marocco» est issu de l’European Council on Foreign Relations (ECFR). Anthony Dworkin et Fatim-Zohra El Malki, chercheur et chercheure associée à l’ECFR, nous proposent un tour d’horizon complet de la situation du Maroc et de la Tunisie sur le front de la lutte antiterroriste. L’analyse aborde tant les racines et l’évolution de la menace que les efforts menés pour la juguler par ces deux pays, partenaires clefs de l’Union européenne en ce domaine. Les auteurs soulignent également les carences, les limites opérationnelles, juridiques, sociétales, culturelles. Ils proposent diverses pistes d’amélioration d’une coopération qui vise à mieux combattre la menace, tant au Maghreb que sur le sol européen.

**

L’article « Le processus de radicalisation “jihadiste”: une triple dimension émotionnelle, relationnelle et idéologique” est issu de la revue Les Cahiers de l’Orient. Dounia Bouzar, anthropologue du fait religieux et directrice du Centre de Prévention contre les Dérives Sectaires liées à l’Islam (CPDSI), propose la synthèse des conversations de terrain menées avec plus de 800 jeunes « pro-Daech » et visant à mieux identifier le cheminement souterrain du processus de radicalisation. Les recruteurs de Daech adaptent le discours au profil des jeunes qu’ils souhaitent enrôler, en jouant à la fois sur des ressorts émotionnels, relationnels et idéologiques ; c’est l’idée maîtresse qui structure cette étude étayée et documentée. Pour l’auteure, c’est bien un entremêlement dialectique entre idéologie et émotion qui conduit à l’action violente.

**

L’article « Les nouvelles fragilités du soft power américain“ est issu de la revue Conflits. Olivier Zajec, Maître de conférence en science politique à l’université Jean-Moulin Lyon III et professeur à l’Ecole de Guerre s’interroge sur les limites du Soft Power américain. Il en explore les fondations et en pointe les fragilités, les fissures structurelles, au delà des remous que provoque le facteur Trump. Les déceptions, les lézardes du “rêve” américain, la crise du modèle culturel, du american way of life, à la base du Soft Power des Etats-Unis, en mine les fondements, c’est la thèse que développe avec finesse et clarté l’auteur.

**

L’article « Perspectives on maritime disputes in East Asia” est issu de l’Institut des Relations Internationales et Stratégiques (IRIS). Barthélémy Courmont, chercheur à l’IRIS et professeur à l’université catholique de Lille, Frédéric Lasserre, professeur à l’université Laval à Québec et Eric Mottet, Professeur à l’UQAM de Montréal dressent le constat d’une multiplication des différends maritimes en Asie orientale et nous proposent leur analyse de cette situation complexe. La situation combine en effet des aspects historiques, juridiques et stratégiques. Par ailleurs, la montée en puissance de la Chine et les perceptions qui y sont attachées reformulent la donne. Les auteurs évoquent enfin le rôle que les Etats-Unis pourraient être amenés à jouer.

**

L’article « L’Institut de l’Engagement ; entretien avec Martin Hirsch” est issu de la revue Défense de l’Union-IHEDN. Thierry Dassault nous rapporte l’entretien tenu avec Martin Hirsch, le président de l’Institut de l’Engagement. Cet institut vise à accompagner les jeunes volontaires du service civique vers des responsabilités professionnelles dans les champs public, entrepreneurial ou associatif. L’article décrit dans les grandes lignes les filières mises en place pour valoriser et promouvoir l’engagement au service de la collectivité nationale.

***

Vous pouvez consulter, en sus des articles proposés par ces Cahiers, les études ENGATRI et TRANSISLAM, disponibles dans la Bibliothèque de Geostrategia et complétant les thèmes abordés tant par les articles associés aux « Rendez-vous de la réflexion stratégique » que par ceux figurant dans les présents Cahiers.

***
Pour clore ce 35ème édito, nous vous proposons de consulter le Guetteur n°2018-06, le dernier bulletin de vieille du Centre de Documentation de l’Ecole Militaire sur l’actualité de défense et de sécurité dans le monde.

Nous vous donnons rendez-vous mercredi 02 mai 2018 pour un prochain édito de votre Agora stratégique 2.0.

N’hésitez pas à nous suivre également sur nos réseaux sociaux : Facebook et Twitter

Auteur(s) : « Le défi de l’Afrique (…) est civilisationnel aujourd’hui. Quels sont les problèmes en Afrique ? Les États faillis, les transitions démocratiques complexes, la transition démographique qui est (…) l’un des défis essentiels de l’Afrique.” Emmanuel Macron Conférence de presse au sommet du G20 / Hambourg – 08/07/17 Repenser la question sahélienne par la recherche, […]

Source(s) : CSFRS

Les derniers documents

Generic placeholder image

Edito 55 du 29 novembre 2018

« …Jusqu’à présent le premier objectif de notre appareil militaire était de gagner les guerres. A compter de maintenant son objectif principa...

Publié le 29-11-2018

Auteur(s) : Olivier CARON, Directeur de publication Général Paul CESARI, Rédacteur en chef

Source(s) : CSFRS
Generic placeholder image

Edito 54 du 15 novembre 2018

 « Les Etats n'ont pas d'amis, ils n'ont que des intérêts ! » Charles de Gaulle (1890-1970)   Le MOOC “Questions stratégiques ; c...

Publié le 15-11-2018

Auteur(s) : Olivier CARON, Directeur de publication Général Paul CESARI, Rédacteur en chef

Source(s) : CSFRS

Nos partenaires

 

afficher tout