X

Enjeux et perspectives de la France en Asie du Sud-Est / Jérémy BACHELIER

Publié le 06-12-2017

Du fait d’importantes et croissantes interconnexions commerciales, financières et politiques de
la France et de l’Union européenne (UE) avec les États de la région du Sud-Est asiatique, une
escalade des tensions en mer de Chine méridionale porterait directement atteinte aux intérêts
européens. L’origine actuelle de ces tensions réside essentiellement dans les revendications
territoriales, notamment chinoises, sur plusieurs archipels de la mer de Chine méridionale. La
politique de Pékin y est particulièrement agressive, à l’instar du comportement belliqueux des
pêcheurs dits « patriotiques », de ses garde-côtes et de sa marine hauturière. Elle s’appuie sur
une doctrine maritime explicitement expansionniste, que ce soit en mer de Chine ou en océan
Indien (stratégie dite du « collier de perles »). Dans cette stratégie du « fait accompli », la
volonté de la Chine est indéniablement d’imposer à terme sa souveraineté sur la quasi-totalité
de la mer de Chine. Dans un tel contexte, la France doit absolument démontrer qu’elle constitue
une puissance légitime et crédible dans la région. Pour cela, elle peut notamment s’appuyer sur
son savoir-faire dans le domaine de la sécurité environnementale, particulièrement dans le
domaine maritime, qui pourrait s’avérer être un levier stratégique à haute valeur ajoutée douée
d’indéniables promesses politiques, économiques et commerciales. En parallèle, il est
nécessaire de renforcer notre coopération navale sur la scène régionale avec les pays membres
de l’ASEAN et de rechercher une adhésion de la France au sein de l’ADMM+.
Ce travail de recherche, de mise en perspectives et de prospectives fut d’abord le fruit de ma
propre expérience professionnelle d’officier de marine. J’ai en effet été déployé à trois reprises
en mer de Chine à la faveur des « missions Jeanne d’Arc », expérience opérationnelle riche me
permettant également de réaliser de nombreuses rencontres avec des officiers des forces armées
des pays membres de l’ASEAN, de la Chine et des États-Unis, des universitaires, des politiques
et des industriels au sein des pays membres de l’ASEAN, du Japon ou même de la Chine. Il fut
également le fruit de nombreux entretiens que j’ai pu réaliser avec des chercheurs et
universitaires exerçant à Paris, Bruxelles ou Singapour, ou avec des responsables aussi bien au
sein des ministères des Affaires étrangères et de la Défense. Mon expérience de terrain, mes
rencontres d’hier comme d’aujourd’hui puis mes recherches m’ont progressivement donné
l’intime conviction que les stratégies actuellement menées en Asie par la France n’étaient
définitivement pas à la hauteur des enjeux de moyen et long terme auxquels la France sera
inéluctablement confrontée.

Auteur(s) : Du fait d’importantes et croissantes interconnexions commerciales, financières et politiques de la France et de l’Union européenne (UE) avec les États de la région du Sud-Est asiatique, une escalade des tensions en mer de Chine méridionale porterait directement atteinte aux intérêts européens. L’origine actuelle de ces tensions réside essentiellement dans les revendications territoriales, notamment chinoises, […]

Source(s) : CSFRS

Les derniers documents

Generic placeholder image

Problématique du terrorisme islamiste en Asie du sud-est / Eric FRECON

Résumé L’Asie du Sud-Est est une zone de passage. Le terrorisme islamiste transnational, incarné par Daech, a-t-il profité ...

Publié le 06-12-2017

Source(s) : CSFRS
Generic placeholder image

La Force Conjointe du G5 Sahel (FC-G5S) Ou l’émergence d’une architecture de défense collective propre au Sahel / Nicolas DESGRAIS

L’annonce officielle du déploiement de la Force conjointe du G5 Sahel (FC-G5S), le 02 juillet 2017, à Bamako, en p...

Publié le 01-12-2017

Source(s) :

Nos partenaires

 

afficher tout