Israël-Hamas: échec et mat, la victoire de l’Iran

Mis en ligne le 21 Nov 2023

Israël-Hamas: échec et mat, la victoire de l’Iran

Avec ce papier, l’auteur souligne le bouleversement stratégique créé à la faveur de l’attaque du 07 octobre 2023 sur le territoire israélien. Il en décrypte les racines et en précise les conséquences, tant pour la société israélienne, l’équilibre régional que l’ordre international. Pour l’auteur, un seul gagnant émerge, ayant su se jouer d’Israël, des Palestiniens, des pays arabes comme des pays occidentaux : l’Iran !

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent pas le CNAM.

Les références originales de cet article sont : Alain Bauer « Israël-Hamas: échec et mat, la victoire de l’Iran », publié initialement dans l’opinion du 30 octobre 2023. Ce texte, ainsi que d’autres publications, peuvent être consultés sur le site du Cnam-ESDR3C.

Depuis 1979 et l’accession au pouvoir du régime de l’ayatollah Khomeini, les Occidentaux n’ont jamais manqué une occasion de sous-estimer les capacités de l’Iran, oubliant régulièrement qu’il s’agissait de l’Empire perse et que, malgré sa forte dominante religieuse, il savait s’en souvenir.

En résistant à la guerre qui lui avait été opposée par le biais de son frère ennemi irakien, et en gagnant peu à peu sa domination sur les milices chiites locales, en déclenchant attentats et opérations spéciales tout le long de l’arc chiite (Liban et Yémen, avec succès, Bahreïn sans y parvenir), en étendant son influence grâce à ses comptoirs africains, en enrôlant sous le drapeau du jihad le Hamas (renouant ainsi avec la protection accordée par les Frères musulmans égyptiens à l’ayatollah Khomeiny avant son exil en France), le régime iranien a su tenir, malgré la détestation de sa propre population, et devenir un acteur majeur du chaos mondial.

Si l’Occident, les pays arabes limitrophes et Israël, ont tout fait, entre l’assassinat de Yitzhak Rabin et la mort d’Ariel Sharon, pour détruire les accords d’Oslo et le plan Wolfensohn qui prévoyait de créer un « Dubaï sur Gaza », la normalisation relative entre l’État hébreu et ses voisins arabes — tout en mettant de côté la question palestinienne, devenue une simple variable d’ajustement — et la signature des accords d’Abraham — auxquels ne manquait que le paraphe saoudien — permettaient d’imaginer un processus de paix durable par le haut.

Depuis qu’il a réussi à enfumer ses partenaires au nom d’une réconciliation dont on mesure désormais le côté factice, le joueur d’échec iranien a réussi une opération d’une exceptionnelle complexité en se gardant des critiques diplomatiques, tout en lançant une opération militaro-terroriste dont il ne peut être que le bénéficiaire, quels qu’en soient les résultats.

” Depuis 1973, Israël avait promis de ne plus être surpris. Les divisions intérieures, l’arrogance hier face au Hezbollah, aujourd’hui face au Hamas, ont ruiné pour longtemps la confiance qui faisait l’unité du pays. “

Fuite en avant. En mettant fin à la prétendue supériorité absolue d’Israël sur son territoire, en ruinant la confiance qui existait entre le peuple juif, Tsahal et le gouvernement Netanyahu, en utilisant la crise politique interne inventée par le Premier ministre d’Israël pour éviter des poursuites judiciaires personnelles au prix de la sécurité de son propre pays, l’Iran a ouvert la voie à une opération combinée, préparée, entraînée et en partie supervisée par ses forces spéciales, qui a permis de briser la ligne Maginot installée à Gaza, de prendre le contrôle d’installations militaires et du renseignement majeures pendant plusieurs dizaines d’heures, de massacrer des civils dans un pogrom moderne, rappelant Oradour, Boutcha ou le Bataclan, et de s’enfuir avec plus de deux cents otages.

L’Iran a détruit un mythe. Depuis 1973, Israël avait promis de ne plus être surpris. Les divisions intérieures, l’arrogance hier face au Hezbollah, aujourd’hui face au Hamas, ont ruiné pour longtemps la confiance qui faisait l’unité du pays.

L’attaque du 7 octobre n’a rien réglé. Les désaccords militaires, politiques, entre militaires et politiques, la dégradation du moral et des moyens de Tsahal, le fétichisme technologique, ont interdit pendant trois semaines de définir une politique qui dépasse vengeance et revanche. Le réveil de l’opinion publique sur la question des otages et de leur sauvetage, le poids des enjeux moraux, ont perturbé le pouvoir politique hésitant entre négociation impossible, incursions nécessaires, invasion potentielle et occupation intenable.

Les bombardements ont longtemps servi de masque à ces hésitations impensables dans l’histoire militaire des armées israéliennes. Le déclenchement d’opérations lourdes à compter du 27 octobre, malgré la médiation plutôt efficace — mais au compte-gouttes — du Qatar, les alarmes de l’Egypte et de la Jordanie, les inquiétudes du parrain américain et des Occidentaux, indique que ce qui reste du pouvoir en place a choisi la fuite en avant, pensant, grâce à un réseau de renseignement partiellement reconstitué qu’il vaut mieux appliquer la directive « Hannibal » (selon laquelle il faudrait mieux sauver une nation qu’un ou des individus pris en otage) que de jouer le temps.

” Le temps du consensus sur la lutte contre les terrorismes et les crimes de l’humanité est bien loin. “

Brasiers. Comme il n’existe pas vraiment, dans la logique du Hamas, de zones civiles ou de zones de combat, que tout peut servir de cache ou de paravent à des installations souterraines structurées, les frappes israéliennes contre Gaza ne pouvaient, à court terme, que révulser bien au-delà de la rue arabe. Un enfant mort, juif ou palestinien, reste insupportable. Et le Hamas le sait mieux que quiconque.
Israël n’a pas su, sur les brasiers de la haine allumés depuis si longtemps à Gaza, en Cisjordanie, dans le monde arabe, mais aussi un peu partout dans le monde, obtenir plus que quelques instants de compassion. Les résultats du vote de l’amendement canadien à la résolution présentée pour obtenir un cessez-le-feu à Gaza sans aucune mention de ce qui a précédé les opérations militaires de Tsahal, en constitue une démonstration qui éclaire la position traditionnelle d’Israël, considérant que le pays ne peut, en définitive, compter que sur lui-même.

Si la résolution principale a obtenu 120 voix contre 14 et 45 abstentions (avec un vote des Européens totalement illisible, la France, l’Espagne ou la Belgique ont voté pour le texte, l’Allemagne, l’Italie et la Finlande se sont abstenues, tandis que l’Autriche, la République tchèque et la Hongrie ont voté contre), le texte canadien, qui ciblait le Hamas n’a obtenu que 88 voix contre 55….

Le temps du consensus sur la lutte contre les terrorismes et les crimes de l’humanité est bien loin. L’immense travail qui avait permis aux consciences du monde d’établir le Tribunal de Nuremberg contre le nazisme ou la Cour pénale internationale ont, eux aussi, été victimes du 7 octobre. Tout le monde a perdu. L’ONU, Israël, les juifs, les Occidentaux, les Arabes, les Palestiniens, le peuple de Gaza, l’Egypte, la Jordanie, l’Arabie saoudite, les signataires présents ou pressentis des accords d’Abraham, l’humanité.

La Chine regarde.

L’Iran a gagné. Échec et mat.

Par : Alain BAUER
Source : ESD-CNAM
Mots-clefs : Afrique


Du même partenaire

Aux origines du conflit israélo-arabe; la conférence de San Remo en 1920

Aux origines du conflit israélo-arabe – la conférence de San Remo en 1920

Sociétés, Cultures, Savoirs

Par Alain BAUER

Source : CNAM-ESD

Mis en ligne le 18 Jan 2024

Prédation économique par voie numérique : retourner le facteur humain contre le prédateur...

Prédation économique par voie numérique

Défense et Sécurité

Par Gauthier APPRIOU

Source : CNAM-ESD

Mis en ligne le 21 Déc 2023

En Afrique, le retour de la théorie des dominos

En Afrique, le retour de la théorie des dominos

Pensées Stratégiques et Prospectives

Par Alain BAUER

Source : CNAM-ESD

Mis en ligne le 14 Sep 2023


Dernier article de(s) auteur(s)

Crime et terrorisme : sous traitants, associés ou hybrides?

Pensées Stratégiques et Prospectives

Par Alain BAUER

Source : CNAM-ESD

Mis en ligne le 05 Mar 2018

Nos partenaires

Académie du renseignement
Bibliothèque de l’Ecole militaire
Centre d'études stratégiques de la Marine
Centre d’études stratégiques aérospatiales (CESA)
Centre de Recherche de l'Ecole des Officiers de la Gendarmerie Nationale
Centre des Hautes Etudes Militaires
Chaire Défense & Aérospatial
Chaire Raoul-Dandurand de l'UQAM/Centre FrancoPaix
Conflits
Ecole de Guerre
Encyclopédie de l’énergie
ESD-CNAM
European Council on Foreign Relations
Fondation Jean Jaurès
Fondation maison des sciences de l'homme
Fondation pour la recherche stratégique
Fondation Robert Schuman
Institut de Relations Internationales et Stratégiques
Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale
Institut des hautes études du ministère de l'Intérieur
Institut Français des Relations Internationales
International Journal on Criminology
IRSEM
L’Association des Auditeurs et cadres des sessions nationales "Armement & Economie de Défense" (3AED-IHEDN)
Les Jeunes IHEDN
Revue Défense Nationale
Revue Géostratégiques / Académie de Géopolitique de Paris
Sécurité Globale
Synopia
Union-IHEDN/Revue Défense
Université Technologique de Troyes
Académie du renseignement
Bibliothèque de l’Ecole militaire
Centre d'études stratégiques de la Marine
Centre d’études stratégiques aérospatiales (CESA)
Centre de Recherche de l'Ecole des Officiers de la Gendarmerie Nationale
Centre des Hautes Etudes Militaires
Chaire Défense & Aérospatial
Chaire Raoul-Dandurand de l'UQAM/Centre FrancoPaix
Conflits
Ecole de Guerre
Encyclopédie de l’énergie
ESD-CNAM
European Council on Foreign Relations
Fondation Jean Jaurès
Fondation maison des sciences de l'homme
Fondation pour la recherche stratégique
Fondation Robert Schuman
Institut de Relations Internationales et Stratégiques
Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale
Institut des hautes études du ministère de l'Intérieur
Institut Français des Relations Internationales
International Journal on Criminology
IRSEM
L’Association des Auditeurs et cadres des sessions nationales "Armement & Economie de Défense" (3AED-IHEDN)
Les Jeunes IHEDN
Revue Défense Nationale
Revue Géostratégiques / Académie de Géopolitique de Paris
Sécurité Globale
Synopia
Union-IHEDN/Revue Défense
Université Technologique de Troyes

 

afficher nos partenaires