Inscrivez-vous à la newsletter
X

Edito n°68 du 18 avril 2019

Publié le 18-04-2019

 « Avec l’amour maternel, la vie vous fait à l’aube une promesse qu’elle ne tient jamais. On est obligé ensuite de manger froid jusqu’à la fin de ses jours. »

Romain Gary, aviateur, militaire, résistant, diplomate, romancier, scénariste et réalisateur français ; 1914-1980

In La Promesse de l’aube (première édition en 1960)

L’Europe a-t-elle tenue « la promesse de l’aube », les espoirs que ses fondateurs mais également les peuples ont pu placer en cette union, à l’origine de sa création institutionnelle à Rome en 1957. Un demi-siècle plus tard, la réponse sera en partie donnée par le résultat des urnes, en mai prochain.

Si l’Europe a su rimer, pour les nations qui la composent, avec paix et prospérité jusqu’au tournant du millénaire, le bilan apparait davantage en demi-teinte depuis le mitan des années 2000. Et si la puissance et la prospérité de demain sont indexées à la capacité à innover, l’Europe ne parait pas en situation avantageuse. Les espoirs de la  « stratégie de Lisbonne », visant à faire de l’UE en 2010  «  l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde… », comme ceux de la stratégie Europe 2020 qui lui a succédée, suscitent interrogations, déceptions, sinon scepticisme.

Mais pour reprendre la belle formule d’Hölderlin, « là ou croît le péril, croît aussi ce qui sauve », et si l’on sait rebâtir des cathédrales, peut être saura-t-on rebâtir une espérance européenne, une ambition européenne, via une « autre Europe », plus intergouvernementale, pensent certains, via plus de souveraineté européenne, en matière monétaire, financière, commerciale, technologique, pensent d’autres, ou peut-être encore via une synthèse de ses deux voies à inventer. In fine, l’Europe devra vraisemblablement s’avérer plus protectrice de ses citoyens, de ses frontières, de ses technologies, de ses actifs économiques et se penser comme une singularité, comme une entité spécifique si elle veut persévérer dans son être.

Nous vous proposons pour la quinzaine à venir des Cahiers de printemps spécial Europe. Vous pourrez aborder la question des « valeurs universelles » que porte l’Occident, que porte donc l’Europe en ce début de XXIème siècle. Vous pourrez évaluer l’impact stratégique de l’Europe, directement au travers de la question toujours pendante d’une défense européenne, indirectement, via une analyse de l’équilibre stratégique international, vue de Moscou. Vous disposerez d’une réflexion sur l’origine et sur les particularités des mouvements dits « populistes » en Occident et plus particulièrement en Europe. Vous pourrez enfin mesurer la capacité de l’Euro à devenir un véritable outil au service d’une souveraineté européenne.

En complément de ces 5 articles de réflexion stratégique, vous pouvez voir/revoir différents Grands Entretiens vidéo proposés ci-dessous. La dimension européenne y est abordée, quelle que soit la problématique centrale proposée.

Pour conclure cet édito, un lien vers le Guetteur n°2019/ 07, le dernier bulletin de veille du Centre de Documentation de l’Ecole Militaire (CDEM).

Ultime information ! N’hésitez pas à vous inscrire aux prochains Rendez-Vous de la Réflexion Stratégique du CSFRS  qui se tiendront le 14 mai 2019 à l’Ecole Militaire,  à la croisée entre Art & Guerre.

**

L’article « Le crépuscule de l’universel » est issu de la revue Politique Etrangère (PE) l’Institut Français des Relations Internationales et Stratégiques (IFRI). Cet article est paru dans le numéro exceptionnel de PE publié à l’occasion du 40ème anniversaire de l’IFRI. Chantal DelsoI, professeur émérite de philosophie politique et membre de l’Académie des sciences morales et politiques, met en lumière le débat, voire le combat culturel mené contre l’Occident et son socle de valeurs considérées comme universelles, avec l’émancipation individuelle en son cœur. La remise en question, l’hostilité, voire le rejet de ce modèle perçu comme impérialiste s’articule autour d’une vision anthropologique alternative, appuyée sur une conviction holiste, véritable paradigme concurrent qui irrigue les contestations venant de Chine, de Russie ou encore de Turquie.

**

L’article «La défense européenne, maintenant ou jamais » est issu de la revue Conflits. Louis Gautier, conseiller maître à la Cour des comptes et ancien Secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale, souligne la nécessité impérieuse d’une défense européenne, au vu du contexte stratégique actuel et des ambitions de puissance contraires liguées pour qu’elle n’advienne pas. Pour l’auteur, l’enjeu, le risque pour des européens qui resteraient divisés, c’est une sortie de l’histoire et l’assurance d’être les grands perdants du XXIème siècle.

**

L’article «Le triangle stratégique États-Unis, Russie et Chine » est issu du cabinet de synthèse stratégique La Vigie. Dmitry Susnov, chercheur de l’académie diplomatique de Moscou, intègre dans une large vision géopolitique, sa conception d’une structuration stratégique triangulaire entre les Etats-Unis, la Russie et la Chine sur la scène internationale. Son exposé souligne et éclaire le positionnement et le jeu de ces trois puissances, combinant leurs forces et leurs faiblesses et jouant avec plus ou moins de finesse sur les forces et faiblesses des autres protagonistes.  Pour l’auteur, l’Europe est déjà bien marginalisée et le jeu d’équilibre que mène la Russie entre les deux géants américain et chinois ne fait plus de l’Union Européenne un partenaire potentiel clef.

**

L’article «L’essor des populismes. Origines et particularités des mouvements populistes : leur succès politique » est issu de la revue Futuribles. Henri Wallard, directeur général délégué d’Ipsos, met en exergue les caractéristiques communes des mouvements populistes dans les pays occidentaux tout en soulignant l’importance d’analyser ces mouvements au travers du contexte historique, culturel et socio-économique propre à chacun des pays considérés. Pour l’auteur en effet, si ces mouvements populistes s’appuient sur des thématiques politiques et sociales similaires, il serait néanmoins réducteur de les analyser de manière analogue si l’on souhaite les comprendre finement.

**

L’article «Pour une géopolitique de l’euro » est issu de la Fondation Robert Schuman. Cyprien Batut et Olivier Lenoir sont respectivement Directeur du programme économie et chef de projet au sein du programme économie du Groupe d’études géopolitiques (GEG). Ils analysent et mesurent l’influence internationale de l’Euro et exposent les enjeux d’un renforcement de cette influence, soulignant les liens entre géopolitique et monnaie. Leur constat d’un potentiel international de l’Euro encore en jachère les incite à proposer diverses orientations et mesures susceptibles de soutenir un renforcement de l’internalisation de l’Euro.

Auteur(s) :  « Avec l’amour maternel, la vie vous fait à l’aube une promesse qu’elle ne tient jamais. On est obligé ensuite de manger froid jusqu’à la fin de ses jours. » Romain Gary, aviateur, militaire, résistant, diplomate, romancier, scénariste et réalisateur français ; 1914-1980 In La Promesse de l’aube (première édition en 1960) L’Europe a-t-elle tenue « la promesse de […]

Source(s) : CSFRS, CSFRS

Les derniers documents

Generic placeholder image

Edito n°79 du 12 septembre 2019

« Ce qui embellit le désert, c’est qu’il cache un puits quelque part… » Antoine de Saint Exupéry, écrivain, poète, aviateur et reporter...

Publié le 12-09-2019

Source(s) : CSFRS
Generic placeholder image

Edito n°78 du 29 août 2019

«L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant. » René Char, poète et résistant français ; 1907-1988 in À une sérénité crispée...

Publié le 29-08-2019

Source(s) : CSFRS

Nos partenaires

 

afficher tout